El Jawali, portail du monde sur la mode algérienne

L’Algérie recèle de cultures diverses et de traditions variées qui se manifestent à travers l’habit traditionnel qui caractérise chacune de ses régions, d’où l’attachement qu’éprouvent les populations de ces régions-ci à leur héritage culturel – symbole de leur appartenance, qu’ils entretiennent fièrement dans le but de perpétuer leurs traditions de génération en génération.

Cet héritage culturel est clairement reflété à travers l’habit traditionnel propre à chacune des wilayas d’Algérie. Parmi eux, « El Jawali », est l’une des principales tenues traditionnelles de la région du Tidikelt, dans la wilaya d’Adrar, au sud-ouest de l’Algérie. Héritée depuis des générations, témoin de la succession des cultures amazigh et arabe dans la région, cette tenue traditionnelle incarne la beauté et la symbiose de la diversité culturelle du pays, que porte fièrement la femme tidelkitienne, emblème de ses origines ancestrales.

Composé de plusieurs pièces, accessoires et bijoux ornant la femme de la tête aux pieds, « El Jawali » est l’un des principaux symboles culturels et traditionnels de la wilaya d’Adrar, puisant son statut dans la grandeur de la femme sahraoui et l’intérêt qu’elle porte depuis toujours à la beauté et à son souci de l’élégance.

Parmi l’ensemble de ces pièces, on trouve « La Djema » – une robe de soie blanche de qualité, orné d’un tissu noir dans sa partie supérieure, et d’une ceinture jaune autour de la taille – le jaune étant la couleur préférée des femmes de la région d’Aoulef. Quant aux pieds, ils sont chaussés différemment à chaque occasion : le jour de son mariage, la mariée tidelkitienne porte « La Rihia », faite de cuir de qualité supérieure et brodé à main, ornée de fils de soie, tandis que les autres jours, la femme porte des chaussures ou des mules en cuir produites localement et appelées « Neâyel Echerk » ou « Sebat Echerk ».

De plus, les cheveux sont coiffés d’une étoffe de couleur cyan, accompagnée d’une multitude d’accessoires et de bijoux, comme « El Delal », « El Khos », « El Qelada », « El Medjimeât », « El Mekhatif », « El Mecharif » et « El Kheras » (appellations locales). Des bracelets de différentes tailles et formes sont portés aux poignets, localement appelés « El Debaliz », et des bagues caractéristiques de cette région et dont les noms diffèrent selon la forme. On y trouve, par exemple, « Khatem El Tebel » et la « Qouba ». Les bracelets de cheville font également partie de la liste, comme « Khelkhal El Daoudi » (large et fin).

El Jawali ne se résume pas en une tenue traditionnelle car, au-delà de ses dimensions amazighe, africaine et arabe, et en plus d’être une icône de l’élégance de la femme algérienne sahraouie depuis des lustres, c’est elle qui anime la créativité de la marque El Jawali, qui s’inspire de ses origines ancestrales pour concevoir ses modèles imbibés de cette civilisation, avec une touche de modernité qui est de bon augure pour la mode algérienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.